5/5 - Les moulins de Grand Est : une évolution technique et esthétique

© Olivier Mathiotte
Grands Moulins Vilgrain à Nancy (54)

Elément essentiel à la transformation des céréales, premier maillon de cette chaîne faisant du grain initial une farine, le moulin est tantôt au cœur des villages et des villes, tantôt à l’écart, au fond d’un vallon pour le moulin à eau ou sur une éminence naturelle pour le moulin à vent.

Les moulins sont les témoins des évolutions techniques de leur temps, et le reflet des pratiques architecturales locales, comme le montre les plus beaux moulins du Grand-Est. Objet de convoitise en raison des droits qui y sont attachés sous l’Ancien Régime, la gestion des moulins est confiée à des dynasties de minotiers. Au XXe siècle, petits moulins et grandes minoteries se côtoient : le moulin à vent laisse place à des micro-usines plus performantes. En France, c’est dans l’Est, en Alsace (La Ganzau), que nait le modèle du grand moulin industriel, modèle qui va essaimer jusqu’aux portes de Paris.

Le patrimoine monumental de l’Est de la France est particulièrement riche en moulins, le public apprécie la visite de ce qui est à la fois une réalisation architecturale exceptionnelle et une machine de haute technicité, en témoigne le succès des visites touristiques des moulins. Rentrées dans notre imaginaire, les ailes et les roues des moulins expriment une forme de poésie, et quand ce langage a disparu sur les minoteries industrielles, les créneaux et poivrières sont venus le remplacer sur les moulins des faubourgs (moulins de Strasbourg et de Nogent-sur-Seine) et une écriture architecturale de la modernité apparaît (moulins Vilgrain de Nancy).

 

L’exemple des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine (groupe Soufflet)

 

On sait que les moulins de Nogent existent au moins depuis le IXe siècle. Au contact de la Brie et de la Champagne, ils appartiennent au XIIIe siècle à l’abbaye royale de Saint-Denis. Les moulins sont plusieurs fois reconstruits, notamment après un incendie en 1709, dans le style classique français qui leur donne une certaine noblesse sur les photographies anciennes dont nous disposons. En 1884, une minoterie à cylindres est ajoutée à côté du moulin historique.

En 1907, un nouvel incendie ravage ces moulins. Les frères Sassot - qui avaient repris la société minotière créée en 1880 par leur père Pierre-Just Sassot - mettent alors à profit cet événement tragique pour reconstruire les moulins selon les techniques les plus modernes, sous la conduite de l’architecte Arthur-Charles Clément. Les quatre turbines hydrauliques, dont les mécanismes d’entraînement sont encore visibles dans le soubassement de l’édifice, produisent une force motrice de 450 chevaux, pouvant écraser 80 tonnes de grain par jour. Dès son inauguration, la minoterie de Nogent est présentée comme un modèle de performance industrielle. De l’ancien bâtiment, seul le silo ajouté en 1901 a été conservé.

Ce bâtiment, qui enjambe la Seine en aval du pont historique de Nogent, est aussi une réussite architecturale. Les façades principales s’étirent sur près de 80 mètres de large et 30 mètres de haut, dominées par la tour de l’horloge. Les nombreuses ouvertures largement vitrées, le style éclectique adopté pour la composition des façades, avec des accents néo-romans et néo-Tudor, contribuent à justifier le surnom de « cathédrale du blé » donné à ces moulins.

La minoterie cesse son activité de transformation en 1990. Cependant, le bâtiment est racheté trois ans plus tard par le groupe Soufflet, qui y ouvre une nouvelle page de l’histoire du site, en installant progressivement des bureaux de l’activité Malterie et les laboratoires de recherche de sa division Biotechnologies. Le moulin continue ainsi à être un lieu de haute technicité minotière.

Depuis la transformation du moulin (1996), les machines, qui ne répondaient plus aux techniques actuelles de production, ont été déposées. Il s’agissait de machines dont la promotion a été assurée en 1908 par l’édition d’une série de cartes postales. 

 

Quelques sites du patrimoine céréalier du Grand Est ouverts à l’occasion des Journées Europpéennes du Patrimoine 2017 : 

  • Hierges

Moulin de Hierges
3 rue du Moulin
08320 Hierges

Du Samedi 16 à 09h00 au Dimanche 17 Septembre 2017 à 16h30 : Découverte du moulin banal au pied du château, sur le ru des Chabottes ou de la Jonquière
Visite guidée.

  • Juniville

Ancien Moulin à farine de la coopérative agricole de Juniville
08310 Juniville

www.sud-ardennes-tourisme.com

Le samedi de 14h00 à 17h30 et le dimanche de 14h00 à 17h30 : Visite commentée

  • Dosches

Moulin de Dosches et grange aux dîmes
http://www.moulinaventchampenois.fr

Le 17 septembre à 16h : Conférence sur les moulins de l'Aube 
Expositions exceptionnelle de photos de moulins à vent

  • Valmy

Moulin de Valmy
Rue Kellermann
51800 Valmy

Le Dimanche 17 Septembre 2017 de 10h00 à 18h00 : "Hissez les voiles, cap sur Valmy !"
Mise en mouvement et découverte du moulin

  • Baissey

Le moulin de Baissey
2 rue du paradis

Du Samedi 16 à 10h00 au Dimanche 17 Septembre 2017 à 18h00 : Venez découvrir un moulin de village au pays des loups !

  • Poissons

Moulin à eau
Rue du moulin

www.poissons52.fr

Construit par les moines de Saint-Urbain. Bief, vannages, roue à augets. Rez-de-chaussée : engrenages, génératrice. 1er étage : meules à farine.

  • Hundsbach

Moulin de Hundsbach
2 rue du Moulin
68130 Hundsbach

www.moulin-hundsbach.com

Le Dimanche 17 Septembre 2017 de 14h00 à 19h00 : Venez découvrir le moulin en cours de restauration, une exposition et assister à un concert.

 

Retrouvez d'autres circuits pour partir à la découverte du patrimoine céréalier de la région Grand Est : 

D'autres articles du même auteur